Entreprise et fiscalité : quel statut juridique choisir quand on est freelance?

Entreprise et fiscalité : quel statut juridique choisir quand on est freelance?

novembre 30, 2019 Non Par Marie
quel statut juridique choisir quand on est freelance

Envie de vous lancer dans le monde du freelance ? Vous devrez surement vous demander quel statut juridique choisir pour mener à bien votre travail. En effet, si cela est une mince affaire pour certains, ce n’est vraiment pas le cas pour la plupart de choisir son statut juridique freelance. Il est donc judicieux de connaitre les différents statuts pour devenir freelance.

L’entreprise individuelle

L’entreprise individuelle est le plus choisie en terme de statuts. Vous avez le choix entre la forme classique, la microentreprise et l’entreprise individuelle à responsabilité limitée. Comment choisir ? Tout dépend de vous et de votre secteur d’activité. Mais de manière générale, ils se distinguent au niveau de la protection du patrimoine ainsi que de la fiscalité. Les avantages fiscaux des entreprises individuelles sont la simplification des exigences de déclaration et le fait de ne pas avoir à payer d’impôt distinct pour l’entreprise. En fait, ce type de statut convient surtout à ceux qui souhaitent se lancer seul dans une activité, tout en protégeant ses biens contre les créanciers.

quel statut juridique choisir quand on est freelance

Statut juridique de microentrepreneur

Le microentrepreneur, que l’on appelait autrefois, autoentrepreneur, est surtout destiné à ceux qui souhaitent exercer une activité, outre son travail quotidien. Les couts de la création sont minimes, car cela est inférieur à 100 euros. En outre, les gens qui optent pour ce genre de statut ont des cotisations sociales avantageuses. Mais bien évidemment, tout dépend du statut exercé. Par contre, si vous ne possédez pas de chiffre d’affaires au bout des premiers mois, vous n’aurez pas à payer des charges sociales.

La société unipersonnelle

La société unipersonnelle est composée d’une personne morale et d’un capital. Si vous souhaitez commencer seule, et que plus tard, vous souhaitez avoir un associé, c’est le statut qui vous convient surement le plus.

La société unipersonnelle n’a qu’un seul actionnaire. La question du transfert d’une partie de l’action ne se pose pas du tout parce que si cela se produit, la société cessera d’être une société « unipersonnelle ».

Cependant, il est tout de même bon de noter que le dirigeant est soumis à l’impôt sur le revenu ou à l’impôt sur les sociétés. Ainsi, pour éviter les mauvaises surprises, avant de vous lancer, il est toujours préférable de vous renseigner.